Cohabitation sp. green et Microrasbora kubotai

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5 sur 5 vote(s))
Loading ... Loading …

Dans la continuité de l’article intitulé Cohabitation Red cherry et  Boraras maculatus, voilà maintenant un rapport d’expérience sur la maintenance des Microrasbora kubotai avec des “sp. Green”. Pour ceux n’ayant pas lu le premier opus, le principe est simple : je vais vous décrire le bac, les crevettes ainsi que les poissons utilisés pour cette expérience et vous donnerai enfin mes quelques observations. A vous par la suite de vous faire votre propre idée et de décider ou non de vous lancer vous aussi dans cette expérience.

1. Le bac de maintenance :

La première expérience ayant été un succès, j’ai décidé de la tenter à une plus grande échelle en transférant la population test dans un aquarium de 120L. Celui ayant servi pour l’expérience de cohabitation étant libre, j’ai décidé de m’en resservir en me contentant de modifier quelque peu le décor. Il s’agit donc d’un AquaArt 30L de chez Tetra, possédant un tube fluorescent de 11W et une filtration 250L/h équipée de la technologie EasyCrystal à base de charbon actif afin de garantir aux crevettes une eau sans chlore ni métaux lourds.

La température du bac avoisine les 22- 23°c et un changement de 50% de l’eau par semaine me permet d’obtenir les paramètres suivants :

  • pH : 6,8
  • GH : 6
  • KH : entre 3 et 6
  • No2 : 0 mg/l
  • No3 : 10 mg/l environs

La décoration a été épurée par rapport à ma toute première expérience dans ce domaine, du quartz noir et un fond noir placé sur la vitre arrière de l’aquarium, sont toujours présents. La racine de Mopani a été remplacée par deux autres racines plus élancées, superposables  et recouvertes de mousse de java. Une Aegagropila linnaei est posée sur le sol afin de fournir des cachettes aux crevettes juvéniles et des galets non calcaires et clairs fournissent quant à eux de la surface et un aspect zénifiant au bac. Deux autres plantes ont été installées , il s’agit de Cabomba aquatica pour son vert plus clair, tranchant avec celui de la Mousse de Java, et d’une élodée. Remarquez que la plantation choisie a des besoins très rudimentaires, ce qui permet de simplifier l’entretien de l’aquarium. De croissance rapide, ces plantes permettront d’obtenir un bac très planté en un rien de temps et sans lumière ou fertilisation excessives.

A la surface, on constatera la présence de quelques lentilles d’eau et Pistia stratiotes, apportant quelques coins d’ombre à la population du bac.

2. Les crevettes :

J’ai choisi des Neocaridina heteropoda heteropoda var. Green aussi appelées “sp. Green”. Ce sont des crevettes vertes de petite taille (environ 2cm-2,5cm). Il s’agit en fait des mêmes crevettes que les Red Cherry,  mais d’une autre variété ou sélection. Seule leur couleur les différencie, elles sont donc robustes, et se reproduisent facilement en eau douce. Pour ce qui est des paramètres de l’eau, elles apprécient une température située entre 18 et 25°c, et un pH entre 6,5 et 7,5, ce qui correspond tout à fait aux paramètres de mon bac. Il en est de même pour mon GH situé au dessus de 6 comme le préconise leur fiche.

J’ai introduit 20 spécimens dans le bac que j’ai laissé seuls durant quelques mois afin qu’ils prennent possession du territoire. L’acclimatation fut rapide (environ 30 minutes), le sac a trempé durant 15 minutes dans l’aquarium afin de mettre l’eau qu’il contenait à la même température, j’ai ensuite mélangé celle-ci à celle du bac en trouant le sac à plusieurs endroits avec une petite pointe de cutter ou de couteau. Le mélange dura 15 autres minutes , les crevettes ont ensuite été relâchées délicatement.

Depuis, elles sont nourries de la manière suivante :

  • une fois par semaine, un cube d’épinards ou de tubifex surgelé,

  • une fois par semaine, diète (le lendemain de la distribution du cube),

  • le reste de la semaine, j’alterne entre  NovoPleco de chez JBL, Tabimin de chez Tetra ou encore du NovoPrawn de chez JBL, aini que des pastilles à la spiruline.

Ce nourrissage me permet de donner une nourriture variée aux crevettes, tout en leur apportant ce dont elles ont besoin.

Au bout de quelques mois, n’ayant pas déploré de pertes, je décidais qu’il était temps d’offrir de nouveaux colocataires à mes crevettes. Ces dernières s’étaient déjà reproduites de nombreuses fois, ça me donnerait un point de comparaison une fois les poissons introduits à leur tour.

3. Les poissons :

Comme annoncé précédemment, j’ai choisi pour cohabiter avec mes Neocaridina heteropoda heteropoda var. Green, des Microrasbora kubotai. Ce sont de petits poissons (moins de 2cm) originaires d’Asie. Ils aiment une eau comprise entre 22 et 27°c avec une dureté totale allant de 5 à 10 °GH. Le pH, quant à lui, doit se trouver entre et 6.5 et 7. Grégaires, ils doivent vivre en petit groupe de 7 à 10 individus.

Verts, ils s’apparentent à de petits néons. Vifs et craintifs au premier abord, ce sont de petits poissons connus pour être pacifiques et de maintenance facile. Un seul bémol, ils ont été découverts en 1997 et décrits en 1999 par Kottelat et Witte mais sont toujours aussi rares dans les animaleries. Il sont donc difficile à trouver, même si leur reproduction ne semble pas particulièrement dure.

Pour les alimenter, une nourriture congelée ou vivante est conseillée avec un apport végétal. Je leur donne comme aux crevettes quelques tubifex une fois dans la semaine, et le reste du temps du TetraMin Baby ou du TetraBetta Min. Il s’agit d’une nourriture en paillette très fine  qui peut encore être écrasée, et donc adaptée à la taille de leur bouche.

4. Les observations :

  • Aucune reproduction de Microrasbora kubotai n’a été observé,e mais celle-ci n’est pas spécialement voulue. Rien n’est donc prévu à cet effet dans le bac.

  • Les crevettes sont toujours dans la partie inférieure du bac sauf lorsque l’une d’entre elles choisie de nager un peu. Je n’ai pas remarqué moins de spécimens qu’avant ou moins de reproduction et ne pense donc pas que les kubotai soit des “colocataires” dangereux pour les crevettes naines.

  • Je n’ai observé aucun comportement agressif de la part des poissons ou des crevettes vis à vis des autres habitants du bac.

  • Les Microrasbora kubotai sont des poissons assez vifs, il faudra veiller à leur laisser un espace de nage suffisant même s’ils ont besoin d’un aquarium très planté.

  • Les Néons verts d’Asie ne descendent que très rarement dans la partie inférieure de l’aquarium, ce qui ne gène pas les crevettes vivant plus près du sol.

Pour conclure, j’espère que cet article vous aura donné envie de tester la cohabitation entre des crevettes et des poissons. Remarquez que les Microrasbora sont parfaitement adaptés à la maintenance en petit aquarium de par leur taille. Les M. kubotai ont un avantage supplémentaire par rapport aux Boraras maculatus, il s’agit de la température plus faible qu’ils acceptent sans problème pour leur maintenance et sont donc encore plus faciles à élever avec des crevettes courantes.

Une réponse to “Cohabitation sp. green et Microrasbora kubotai”

  1. obelixlefou dit:

    super article ma chère , ça donne envie de mieux connaître ce petit poisson

Poster un commentaire