Les écrevisses indigènes de France

LogoIl y a quelques jours, seb62190 nous laissait un commentaire sur la page qui liste les fiches écrevisses du site. Volontairement, je ne l’ai pas publié, mais je le reprends aujourd’hui ci dessous, et je le commente avec grand plaisir !

seb62190, le 25 octobre 2009 à 13:38 :
Il faudrait peut-être valoriser les écrevisses de notre pays qui sont en voie de disparition du fait de l’introduction clandestine dans nos fossés des écrevisses de Louisiane qui, rappelons le, sont porteurs sains de la peste (des écrevisses, NDLR) et déciment toutes autres espèces à leur portée !!!!!!
L’Astacus astacus est la plus apprécié pour ses qualités gustatives.

Procambarus clarkiiOui, il faudrait valoriser les écrevisses de notre pays. Je détaille d’ailleurs d’ici quelques lignes comment nous traitons nos sujets. Mais avant cela, j’aimerai préciser que les écrevisses américaines n’ont pas été introduites clandestinement.

  • Orconectes (Faxonius) limosus (Rafinesque, 1817) a été introduite en France (Région de Fécamp) en 1895 avec des spécimens provenant de New York, mais s’est révélée infructueuse. En 1911-1913, 2 000 spécimens ont été introduit dans le Cher. (1ère introduction en Europe : Allemagne, 1890).

  • La France connut l’échec de l’adaptation de Orconectes (Gremicambarus) virilis (Hagen, 1870) en 1897.

  • Pacifastacus (Pacifastacus) leniusculus leniusculus (Dana, 1852)  a été introduite en Suède en 1960.

  • Procambarus (Scapulicambarus) clarkii (Girard, 1852) a été introduite en Espagne en 1973.

Depuis, ces espèces ont été introduites dans différents pays d’Europe, ou se sont répandues par elles-mêmes. Un article plus complet sur cette propagation est en préparation, mais cela demande évidemment du temps.


Donc, pour revenir au sujet initial, en effet nous n’avons pas publié de fiches sur les écrevisses indigènes de France ou d’Europe, alors que la biodiversité de nos contrées est pourtant belle. Il y a évidemment des raisons à cela.

Femelle CPO grainéeLa première et peut-être la plus justifiée, est que nous publions surtout des fiches sur les espèces disponibles dans le commerce aquariophile. S’il est relativement facile de trouver des Cambarellus spp., des Procambarus spp. ou des Cherax spp. dans les stock-listes, il est bien plus rare d’y découvrir des Astacus spp.
Aussi, nous privilégions l’actualité, pour ne pas dire la mode, afin que nos visiteurs puissent disposer d’informations pertinentes sur les espèces évoquées à un instant donné dans les magazines, sur les forums ou dans les magasins. Nous espérons, à notre niveau, pouvoir aider les amateurs à maintenir dans de bonnes conditions les espèces qu’ils ont achetés, plutôt que de disserter sur des espèces introuvables, comme Astacus Torrentium par exemple.

Attention, cela ne signifie pas que nous ne ferons jamais les fiches correspondantes. Cependant, aujourd’hui, ce serait faire des fiches assez pauvres. Nous tâchons autant que possible de travailler sur la base de nos photos, et de certaines de nos observations. Il ne nous est déjà pas toujours facile de travailler sur des espèces communes en aquariophilie, alors imaginez ce qu’il en est lorsque l’espèce n’est disponible qu’en milieu naturel protégé.

Astacus astacusEnfin, il reste le problème des sources d’information. Nous aimons croiser/vérifier nos sources sur la base de publications scientifiques, que ce soit des descriptions, des études sur le cycle de reproduction ou des observations comportementales. Astacus astacus est connue depuis longtemps, et la littérature disponible est importante. Il faut alors en lire le plus possible et tout synthétiser.
Au fil de nos lectures, nous découvrons souvent des points de détail qui méritent d’être creusés, et qui nous amènent alors à faire des recherches complémentaires. C’est un travail parfois long.

C. quadricarinatusBref, si faire ces fiches, et donc ces recherches, est pour nous un réel plaisir, ce n’est pas si simple. Nous tentons juste de gérer au mieux les priorités et les informations disponibles.
La fiche Astacus astacus est prête depuis quelques semaines maintenant. Il nous manquait des photos, une série est désormais disponible. Il faut donc maintenant finir le travail…

Un dernier point : toute personne motivée pour nous aider à réaliser du contenu est la bienvenue ! Sébastien, si tu t’en sens le courage, c’est avec plaisir que nous t’accueillerons dans l’équipe de rédaction.

Voilà, j’espère que cela éclairera certains d’entre vous sur le fait que nous n’avons pas encore certaines fiches sur le site. Mais patience, tout arrive !

@+, Zeck

Une réponse to “Les écrevisses indigènes de France”

  1. Zeck dit:

    La fiche descriptive de l’écrevisse Astacus astacus est désormais disponible sur le site !

Poster un commentaire