Palaemonetes varians

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5 sur 5 vote(s))
Loading ... Loading …
English version

Palaemonetes varians
(Leach, 1814)

Palaemonetes varians Synonymes :

  • Leander varians (Leach, 1814)
  • Palaemon varians Leach, 1814
  • Palaemon variabilis Bouchard-chantereaux, 1829
  • Palaemonetes varians subsp. microgenitor Boas, 1889
  • Palaemonetes varians subsp. occidentalis Sollaud, 1923

Noms communs :

  • Atlantic ditch shrimp
  • Camarón de acequias
  • Bouquet des canaux
  • Crevette des marais
  • Brackwassergarnele

Voir systématique

Origine : Côtes Atlantique, Côte de la Manche, Mer du Nord, Mer Méditerranée

Carte Palaemonetes varians

Paramètres de maintenance :

  • pH : 7.5 à 8.5 (ajout de sel conseillé)
  • GH : 12 à 30
  • Température : 5 à 26°C

Taille :

  • Mâle : 3.6 cm
  • Femelle : 4.5 cm

P.varians Description : Forme caractéristique des crevettes appartenant au nom de genre Palaemonetes, le rostre est moyennement long, légèrement incurvé et ne dépasse pas les pédoncules antennulaires. En revanche, il est relativement massif et présente la combinaison de dents suivante : 3-6 /1-3. La deuxième paire de péréiopodes est transformée en pincesRostre longues et fines. Le corps transparent laisse apercevoir les organes internes. Quelques points rouge et jaunes (chromatophores) ornent la cuticule de manière désordonnée. La base des antennules présente une coloration brune à ocre. L’extrémité du propodus et du dactylus (cf. article morphologie) arborent une coloration jaune à orange. Toutefois, cette coloration très discrète est difficile à observer sans une macrophotographie. L’apparence de cette crevette fait penser aux crevettes nommées Ghost Shrimp régulièrement importées d’Asie pour le commerce aquariophile.

P.varians Comportement : Cette Palaemonetes peut cohabiter avec d’autres crevettes telle que Atyaephyra desmaresti sans aucune difficulté. Il faudra simplement ajuster les paramètres pour qu’ils conviennent aux deux espèces. Dans le milieu naturel, Palaemonetes varians est rencontrée avec Gasterosteus aculeatus (épinoche), toutefois la sociabilité de l’épinoche envers les crevettes est incertaine. Le bac devra offrir un bon taux d’oxygénation et une température faible. Elles peuvent supporter des températures supérieures à 24 °C sur de courtes périodes.

Espérance de vie : non déterminée lors de nos recherches

Régime alimentaire : Détritivore, elle s’alimente dans le milieu naturel de larves d’insectes, de végétaux ou de petits animaux en décomposition. En captivité, elle ne tarde pas à accepter la nourriture habituelle pour poissons sous forme de paillettes ou de tablettes. Une nourriture congelée de qualité est un complément indispensable à leur besoin (mysis, krill, larves de moustique rouges seront très appréciés). Elle accepte aussi de temps en temps quelques feuilles d’orties séchées.

Dimorphisme sexuel : Le mâle est plus petit et plus svelte que la femelle. La seconde paire de pléopodes chez le mâle porte les appendices internes mâles.

P varians Grainée Reproduction : Espèce euryhaline , la reproduction est de type indirect, les oeufs sont nombreux et de petites tailles : 0.8 mm. Les larves après éclosion font partie de la faune pélagique, c’est seulement aprèsoeufs plusieurs cycles de métamorphose que les larves évoluent vers des crevettes parfaitement formées. Ces juvéniles deviennent des animaux benthiques.

Particularité : Les Palaemonetes sont représentées en Europe par diverses espèces telle que Palaemonetes antennarius, Palamonetes zariquieyi qui ont longtemps été confondues avec l’espèce Palaemonetes varians. Quelques Palaemon sont aussi très proches, et peuvent prêter à confusion lors d’une identification hâtive. L’étude de leur habitat combinée à l’étude morphologique permet de les identifier avec certitude. Ces espèces sont peu connues des amateurs aquariophiles, pourtant ces dernières peuvent être tout aussi intéressantes à observer et maintenir, et pourquoi pas tenter leur reproduction en aquarium.

 

Nous remercions Pierre Noël et Mélanie Beguer pour l’aide apportée et les informations transmises sur cette crevette européenne.


Liens :


Références (Littérature scientifique) :

  • Notes explicatives sur le programme FAO des fiches d’Identification des espèces pour les besoines de la pêche - Chapitre Crevettes par L.B. Holthuis page 189-291
  • An illustrated key to species of Palaemon and Palaemonetes (Crustacea: Decapoda: Caridea) from European waters, including the alien species Palaemon macrodactylus Enrique Gonzàlez-Ortegon and José A. Cuesta, J. Mar. Biol. Ass. U.K. (2006), 86, 93 - 102

Références (Bibliographie) :

  • Süßwassergarnelen aus aller Welt, Andreas Karge & Werner Klotz (page 125)

3 réponses to “Palaemonetes varians”

  1. Chasse à la crevette | Crusta-Fauna dit:

    […] 1- Chasse de crevettes d’eau douce : Atyaephyra desmaresti et Palaemonetes sp. […]

  2. Week end Crusta Fauna 2010 | PassionnoGraphie dit:

    […] une petite sortie pêche en quête de crevette d’eau douce (Atyaephyra desmaresti, Palaemonetes sp.). Cette année nous avons réorganisé une pêche avec l’arrivée en cours d’année de […]

  3. Philyaris dit:

    Bonsoir. Merci pour votre site très informatif. Il y a à peu près deux semaines, du côté de Bénouville (14), non loin du musée Pegasus Bridge, j’ai pu prélever en eau saumâtre des Palaemontes varians qui peuvent être en effet confondues avec les Atyaephyrae desmaresti. Votre billet m’a permis de les identifier. J’ai essayé de les acclimater progressivement en réduisant la salinité de l’eau d’origine, en vain. Elles étaient pourtant amusantes à regarder ! Peut-être aurais-je du laisser le bac dans le jardin et laisser l’eau de pluie faire le travail. J’ai utilisé un petit filtre interne qui a contribué au réchauffement catastrophique de l’eau.

    Par contre, je ne sais toujours pas si les palaemonetes varians peuvent vraiment survivre dans de l’eau douce sans adjonction d’une petite quantité de sel pourtant recommandée par certains site. Le caractère euryhalin de cette espèce lui permet-elle de vivre dans une eau douce ? Je n’ai rien trouvé de certain là-dessus. Quelle quantité de sel de mer mettre et comment mesurer une densité aussi faible ? Il faudrait obtenir une eau entre douce et saumâtre. Il est pourtant dit que les palaemonetes varians peuvent cohabiter en bac avec les atyaephyrae desmaresti qui sont de pures crevettes d’eau douce mais pouvant tolérer une eau faiblement salée pendant quelques temps.

    Je ne peux pas me permettre de saler mes bacs sous peine de voir les autres espèces et les plantes péricliter. J’ai déjà utilisé du sel mais c’était pour soigner mes poissons et sur un cours laps de temps.

    Quelqu’un, sur un forum, m’a affirmé “que ces bêtes vivent très bien en eau douce car elles remontent très loin dans les fleuves.”

    Je pourrais très bien tenter un poubellarium dans le jardin avec pour commencer de l’eau de capture. Mais avec quelles plantes ? On m’a suggéré des algues pour oxygéner l’eau au début. Après, une fois que l’eau aura été adoucie, peut-être pourrais-je mettre de l’élodée ? Merci d’avance pour vos conseils.
    Mais si je ne peux vraiment pas les mettre au final dans une cuve d’eau douce, l’expérience est peut-être inutile.

    Je ferais peut-être mieux de chercher des Atyaephyrae desmaresti.

Poster un commentaire