La Reproduction des crevettes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (41 votes, moyenne: 4.37 sur 5 vote(s))
Loading ... Loading …
  1. Généralités
  2. Reproduction à développement  direct
  3. Reproduction à développement indirect
  4. Reproduction à développement semi-direct

La reproduction

La reproduction des crevettes est sexuée et les animaux sont dioïques. Sexuée, car il y a fécondation grâce aux gamètes mâles (spermatozoïdes) et femelles (ovules), et dioïque car les organes génitaux mâles et femelles sont portés par des individus distincts.

La reproduction a lieu juste après la mue de la femelle, car la nouvelle carapace est encore molle. Elle permet au mâle, à l’aide des appendices génitaux, de déposer des spermatophores (capsules contenant les spermatozoïdes) près des orifices génitaux de la femelle. Lorsqu’elle expulse les ovules, ils sont fécondés par la semence laissée par le mâle. La photo suivante montre la fabrication des ovaires, on parle alors de grappe ovarienne :

Pour que ce dernier sache que la femelle est disponible à la reproduction, les crevettes des genres Caridina et Neocaridina libèrent dans l’eau, quelques heures avant la ponte, des phéromones sexuelles. Les mâles détectent rapidement ces substances chimiques très excitantes. Ils partent à la recherche de la femelle et peuvent réaliser de grandes nages frénétiques dans l’aquarium. Une fois qu’ils ont trouvés la femelle, les parades d’accouplements commencent. Il y a parfois plusieurs mâles qui se placent sur le dos de la femelle . Cependant un seul aura la chance de s’accoupler avec la femelle. Il se placera sous le ventre de la femelle, ou cette dernière se renversera sur le dos pour que le mâle puisse déposer sa semence.
Une fois les oeufs expulsés et fécondés, la femelle ovigère les collent entre les pléopodes grâce à une substance collante qu’elle sécrète. On emploie couramment l’expression de femelle “grainée”. La durée d’incubation varie selon les espèces mais il faut compter environ 3 à 4 semaines chez l’espèce Neocaridina cf. zhangjiajiensis Cai, 1996 présentée en photo. L’observation de petits points noirs à travers l’enveloppe des oeufs est annonciateur d’une éclosion proche. Il s’agit tout simplement des yeux des futurs juvéniles.

Afin de garantir une excellente oxygénation et une parfaite hygiène des oeufs en incubation, la femelle agite régulièrement les pléiopodes d’avant en arrière. La dernière paire de pattes ambulatoires permet aussi de déplacer, de nettoyer les oeufs et de supprimer ceux qui ne sont pas fécondés.


On rencontre deux méthodes de reproduction chez les crevettes :

Méthode spécialisée ou parfois nommée reproduction à développement direct :

Il s’agit d’espèces dulçaquicoles qui incubent et donnent après éclosion naissance à des jeunes transparent d’environ 2 mm parfaitement formés et ressemblant aux adultes. Certains juvéniles présenteront très rapidement la coloration typique des adultes. Toutefois, le motif évoluera au fur et à mesure de la croissance de la crevette.
Caridina cf. cantonensis var.Crysta Red Exemple chez cette Caridina cf. cantonensis Crystal Red Hisayasu Suzuki, 1996 âgée de quelques heures. Les petites crevettes sont capables de marcher, de nager et mangent pratiquement la même chose que les parents. Leur croissance est rapide et elles enchaîneront les mues. Généralement les jeunes crevettes sont lâchées la nuit afin de leur garantir un minimum de sécurité. Si le bac est bien fourni en plante ou qu’il n’y a pas de prédateurs (ex : poissons), les jeunes survivront sans difficulté.

Information : Il est nécessaire de rappeler qu’on emploie le terme “juvénile” pour qualifier les jeunes crevettes qui naissent par ce mode de reproduction et non de “zoés” qui est un stade larvaire planctonique. Les juvéniles benthiques sont la réplique miniature des géniteurs.

Les oeufs contiennent plus de jaune et sont généralement plus gros que ceux des crevettes employant la méthode primitive. Les crevettes naines des genres Caridina et Neocaridina utilisant cette méthode, incubent environ 4 semaines (selon les paramètres environnementaux), avec de 20 à 30 oeufs par portée. Ces crevettes sont peu productives par rapport à leurs consoeurs qui incubent plusieurs centaines voir milliers d’oeufs. Cette méthode de reproduction est peu exigeante à réaliser. Elle est sans conteste la plus répandue au sein des aquariophiles. En captivité et sans prédateurs, la surpopulation peut vite arriver.

Méthode primitive ou parfois nommée reproduction à développement indirect :

Caridina multidentata grainéeElle est pratiquée par les espèces marines et amphidromes (déf. amphidrome). L’incubation a lieue sous l’abdomen de la femelle. Toutefois certaines crevettes dont celles qui appartiennent à la famille des Penaeidae, libèrent des milliers d’oeufs en pleine eau après la fécondation. L’éclosion donne naissance à de minuscules larves qui vont dériver avec le courant pour rejoindre l’eau saumâtre des estuaires ou l’eau de mer des océans, et poursuivre différentes étapes de métamorphose. La larve ne ressemble pas à une crevette et ne possède pas encore tous les membres qui caractérisent les adultes. La larve ne peut pas marcher, elle fait partie des organismes pélagiques . Elles sont extrêmement vulnérables face aux prédateurs de plancton (source de nourriture de beaucoup d’organismes). Oeufs en incubationLes crevettes produisent donc un grand nombre d’oeufs afin de pérenniser l’espèce, en espérant que sur la quantité de larves, certaines aboutissent au stade final. Ce type de reproduction permet aussi aux adultes de ne pas être concurrencés par les juvéniles dans des milieux plus ou moins pauvres en nourriture. Sur la photo suivante, on remarque facilement la quantité importante d’oeufs, mais aussi le premier signe de vie ! Les petits points noirs sont les yeux des larves microscopiques.

Les différents stades de métamorphose sont les suivants :

Mysis Nauplius, Métanauplius, Protozoés, Zoés et Mysis sont les 5 stades planctoniques. Ils ont lieux en eau saumâtre ou en eau de mer selon l’espèce. [Voir l’illustration de ce PDF page 8]

Au stade suivant on parle de post-larve et de juvénile. il s’agit d’une crevette ressemblant de plus en plus aux adultes et passant à une vie benthique. la crevette poursuit sa vie en eau douce, où elle continuera sa croissance, et pourra à son tour se reproduire une fois la maturité sexuelle atteinte. Il s’écoule environ 45 jours chez la Caridina multidentata Stimpson, 1860, entre la naissance des larves et leur développement final au stade juvénile apte à la vie en eau douce.

Cette reproduction se rencontre encore de manière sporadique au sein des aquariophiles. Les techniques à mettre en place sont difficiles. Il faut de bonne connaissance et surtout de la rigueur. Certaines espèces comme la Caridina multidentata Stimpson, 1860 (Voir l’article dans Aquarium à la maison N°61 des auteurs confirmés Chris Lukhaup, Frank et Carsten Logemann) , et la Caridina serratirostris de Man, 1892 (Voir l’article dans Aquarium à la maison N°63 des auteurs confirmés Werner Klotz et Chris Lukhaup) sont reproduites par quelques aquariophiles chevronnés. Certaines Macrobrachium sp. sont aussi reproduites depuis plusieurs années, et participent ou ont participé à des programmes de recherches spécialisés dans la production industrielle destinée à la consommation. Exemple à l’IFREMER .

Références (Bibliographie) :

  • Atlas des poissons et des crustacés d’eau douce de Polynésie Française, P. keith, E. Vigneux et G. Marquet, MNHN ;
  • Süßwassergarnelen aus aller Welt, Andreas Karge & Werner Klotz;
  • Aqualog Special Shrimps, Crayfishes, and crabs in the freshwater aquarium, U. Werner.

Liens :

Une réponse to “La Reproduction des crevettes”

  1. Zeck's Blog dit:

    La Reproduction des crevettes…

    Voici donc le dernier article de la série ! Après la morphologie, l’anatomie et la croissance et la mue des crevettes, Tipic publie son dossier sur la reproduction des crevettes……

Poster un commentaire