Werner Klotz, l’interview (VF)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5 sur 5 vote(s))
Loading ... Loading …

Tipic, pour Crusta-Fauna : Votre notoriété en France auprès des passionnés de crustacés n’est plus à démontrer, toutefois nous connaissons peu de choses sur vous, votre parcours et vos activités. Ces quelques questions permettront de découvrir un peu plus votre univers.
Nous vous connaissons à travers votre livre (NDLR : “Süsswassergarnelen aus aller Welt”, voir en bas de page), le site Crusta10.de et les forums auxquels vous participez sur le net, Pourriez vous vous présentez brièvement ?

Werner Klotz :

Werner KlotzIl y a environs 10 ans, je travaillais sur les insectes aquatiques tels que les larves de libellules et les demoiselles. Un jour ,un aquariophile allemand m’a demandé si j’étais capable de déterminer l’espèce et le nom de quelques crevettes qu’il élevait dans ses aquariums. Je n’avais jamais travaillé avec les crevettes d’eau douce auparavant, mais m’ayant envoyé quelques spécimens, je pus déterminer que cette crevette était une Neocaridina denticulata sinensis. J’ai donc publié cette trouvaille sur un forum internet, et reçu beaucoup de réactions sur ma participation. Ensembles avec Andreas Karge et Chris Lukhaup, nous avons démarré le projet d’identifier et de déterminer les espèces de toutes les crevettes rencontrées en aquariophilie.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Pouvez vous nous raconter un peu plus votre parcours, votre activité professionnel initiale a t-elle un lien avec les crustacés ?

  • Si oui, pouvez vous nous décrire un peu votre métier ?
  • Si non, comment et quand est né cet intérêt pour les crustacés ?

Werner Klotz :

Si “professionnel” signifie “profession principale” ou pour “gagner de l’argent”, je ne suis pas un professionnel. Tout l’engagement que j’ai au sujet des crevettes d’eau douce et de leur taxonomie est un passe-temps personnel.

Quand je travaillais sur notre projet pour déterminer les crevettes vendues sur le marché de l’aquariophilie, Kristina von Rintelen, qui travaille sur la phylogénie de crevettes d’eau douce m’a contacté afin de déterminer des crevettes qu’elle avais prélevée en Malaisie. Deux de ses espèces n’avaient jamais été reportées depuis leur description originale des dizaines d’années auparavant. A cause de cela, nous avons donc préparé un article sur ces espèces dans un journal scientifique. Quand l’article fut publié, j’ai reçu des spécimens de crevettes de tous les coins du globe. Deux descriptions ont été publiées l’année dernière et il y en a encore en préparation.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Nous avons la chance d’avoir lu votre livre (avec la limite que représente pour nous la langue allemande) co-écrit avec Andreas Karge, et c’est de loin le meilleur ouvrage aquariophile sur les crevettes. Comment vous êtes vous retrouvé à la tête de cette aventure dans le monde des crustacés ?

Werner Klotz :

Quand Andreas et moi avons commencé notre projet de livre, nous voulions faire un “petit livret informatif” sur les espèces de crevettes les plus populaires sur le marché aquariophile. Comme il n’y avait pas de recueil de publications sur toutes les espèces de crevettes d’eau douce, nous avons essayé d’inclure un maximum d’espèces dans notre livre. Notre savoir sur les différentes espèces se base sur environ 900 publications scientifiques dans notre collection, et sur beaucoup de discussions au sujet de la taxinomie des crevettes en Chine, Singapour, Indonésie, Australie, Panama et au Royaume Uni. Au final, nous avons du limiter le contenu de notre livre à des espèces déjà connues des aquariophiles, ou à des espèces que nous avions déjà photographiées pendant nos recherches sur le terrain, parce que nous n’arrivions pas a trouver un éditeur pour un livre contenant à peu près 800 pages.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Avez vous d’autre projet dans ce domaine avec par exemple une édition en français ?

Werner Klotz :

Il y a quelques jours, nous avons publié une édition spéciale en français du journal “L’aquarium”,  concernant uniquement des invertébrés d’eau douce. (NDLR : Il s’agit du Hors-Serie N°12 d’Aquarium à la maison, voir la Revue de Presse).

Tipic, pour Crusta-Fauna : En consultant Crusta10.de régulièrement, nous avons pu voir que vous aviez effectué différents voyages avec Chris Lukhaup ou Andreas Karge, comment se sont passés ces rencontres ?

Werner Klotz :

Initialement, Crusta10.de était un site de Chris Lukhaup et Reinhard Pekny, basé sur l’information et les photos au sujet des écrevisses. Il y a quelques années, l’intérêt pour les crevettes d’eau douce s’est de plus en plus développé sur le marché aquariophilie.
A cette époque, Andreas Karge a publié la première détermination morphologique sur les Bee provenants de Hong Kong, et moi même, je publiais au sujet des crevettes Neocaridina heteropoda. Chris nous a alors contacté pour collaborer, et l’équipe de Crusta10 fut donc étendue à Andreas et moi. L’an dernier, cette même équipe s’est enrichie d’Alexandra Behrendt (escargots d’eau douce), ainsi que de Moni Rademacher & Oliver Mengedoht (crabes d’eau douce).
Le but de Crusta10 est d’assurer le lien entre les aquariophiles et les taxinomistes (NDLR : ou systématiciens). Au delà de nos voyages sur le terrain, nous avons réalisé quelques travaux taxinomiques, comme les descriptions originales de quelques crustacés d’eau douce, comme Cherax holthuisi, Cherax peknyi, Cherax boesemani, Caridina thomasi et Macrobrachium agwi. D’autres descriptions , sur la crevette verte naine Caridina cf. babaulti, la crevette “Bee” Caridina cf. cantonensis, ou 2 nouvelles espèces de Papouasie Nouvelle Guinée, sont toujours en cours.

NDLR :

  • Cherax boesemani : Lukhaup, C. & Pekny, R., 2008. Cherax (Astaconephrops) boesemani, a new species of crayfish (Crustacea: Decapoda: Parastacidae) from the centre of the Vogelkop Peninsula in Irian Jaya (West New Guinea), Indonesia. Zoologische Mededelingen, 82(33), 331-340.

  • Cherax holthuisi : Lukhaup, C. & Pekny, R., 2006. Cherax (Cherax) holthuisi, a new species of crayfish (Crustacea: Decapoda: Parastacidae) from the centre of the Vogelkop Peninsula in Irian Jaya (West New Guinea), Indonesia. Zoologische Mededelingen, 80(1), 101-108.

  • Cherax peknyi : Lukhaup, C. & Herbert, B., 2008. A new species of crayfish (Crustacea: Decapoda: Parastacidae) from the Fly River Drainage, Western Province, Papua New Guinea. Memoirs of the Queensland Museum, 52(2), 213-219.

  • Macrobrachium agwi : Werner Klotz, Macrobrachium agwi - a new species of freshwater prawn (Decapoda: Palaemonidae) from East Bengal, India. Zootaxa 1844: 47-54 (6 Aug. 2008).

  • Caridina thomasi : Kristina von Rintelen , Andreas Karge, Werner Klotz, News from a small island - first record of a freshwater shrimp (Decapoda, Atyidae, Caridina) from Peleng, Banggai Islands, Indonesia. Journal of Natural History, 42: 2243-2256, 2008.

Tipic, pour Crusta-Fauna : A propos de voyages « découverte » ou de « recherche », avez vous des projets dans ce domaine ?

Werner Klotz :

Oui, beaucoup. Mais nos recherches sur le terrain sont limitées par le temps et le budget. Ce printemps, nous voulons nous rendre en Chine du Sud pour visiter l’habitat de la fameuse crevette abeille (bee shrimp) et de certaines espèces de Neocaridina. Un second voyage devrait nous conduire à Puerto Rico pour collecter un spécimen mâle d’une crevette filtreuse encore indéterminée.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Avez vous une destination privilégiée, où vous vous êtes déjà rendu, ou que vous souhaiteriez découvrir ou re-découvrir ?

Werner Klotz :

Peut-être la région des montagnes en Papouasie Nouvelle-Guinée. Beaucoup d’espèces de crevettes et d’écrevisses inconnues devraient se trouver dans les lacs ou les rivières de cette île. Mais la Papouasie Nouvelle-Guinée est loin et difficile d’accès, de plus il y est difficile d’obtenir les autorisations pour faire des recherches scientifiques. Un voyage dans le sud de Sulawesi serait aussi très intéressant, parce qu’on y trouve une faune aquatique endémique importante.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Si vous ne deviez choisir qu’une seule espèce pour illustrer votre passion, quelle serait-elle ? et pourquoi ?

Werner Klotz :

Je n’ai pas d’espèce d’eau douce “favorite”. Certaines Macrobrachium américaines, comme M. hancocki sont très intéressantes parce qu’elles ne montrent pas seulement une coloration fantastique (voir cette photo de M. hancocki de Chris Lukhaup), mais aussi un comportement social intéressant. Une autre de mes préférées est l’espèce européenne Dugastella valentina (photos de Werner Klotz). Une petite crevette d’eau douce, qui semble posséder un sens maternel envers sa portée.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Nous avons pu voir que vous aviez réalisé des publications scientifiques avec K.von Rintelen et Andreas Karge. Nous imaginons que c’est un aboutissement personnel dont vous devez être fier. Comment ressentez vous les choses ? Est ce que vous envisagez de changer d’activité professionnelle pour y consacrer d’avantage de votre temps ?

Werner Klotz :

Être publié dans des revues scientifiques est sans aucun doute une grosse satisfaction. Être reconnu par des taxinomistes professionnels du monde entier aussi. Mais se préparer pour une publication scientifique prend aussi énormément de temps, en particulier quand ça doit être fait en parallèle d’un emploi “normal”. Mais un emploi salarié est extrêmement rare dans le secteur de la taxinomie des crevettes d’eau douce.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Dans les travaux et découvertes que vous avez mené, quel est le meilleur souvenir ?

Werner Klotz :

Il y a beaucoup de moments fascinants. Regarder sous la surface d’une rivière tropicale au cœur de l’habitat d’une crevette tropicale à l’aide de lunettes de plongée est quelque chose qui me fascine. Ou la réponse positive d’un autre scientifique qui suit la publication d’un nouvel article.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Beaucoup d’aquariophiles passionnés rêvent secrètement de découvrir une nouvelle espèce et de lui donner leur nom, vous êtes bien parti pour faire parti de ceux qui auront cette chance. Avez vous un « scoop » à nous dévoiler ?

Werner Klotz :

Je pense qu’aucun scientifique ne nommerait une espèce de son propre nom, mais l’espèce sera nommée du nom d’une autre personne qui a prouvé son mérite en zoologie. Il n’y a pas longtemps, nous avons nommé une nouvelle espèce de Caridina d’après Thomas von Rintelen[1] qui travaille sur la phylogénie des escargots et des crevettes d’eau douce, et une autre espèce d’eau douce a été nommée par le collectif de travail allemand sur les invertébrés d’eau douce, AGW [2]. Il y a quelques semaines, nous avons finis un article sur deux espèces de Caridina provenant de Papouasie Nouvelle-Guinée, dont une qui sera nommée d’après un ancien explorateur qui a collecte cette crevette il y a presque 100 ans.

NDLR :

  • [1] Caridina thomasi : Kristina von Rintelen , Andreas Karge, Werner Klotz, News from a small island - first record of a freshwater shrimp (Decapoda, Atyidae, Caridina) from Peleng, Banggai Islands, Indonesia. Journal of Natural History, 42: 2243-2256, 2008.

  • [2] Macrobrachium agwi : Werner Klotz,  Macrobrachium agwi - a new species of freshwater prawn (Decapoda: Palaemonidae) from East Bengal, India. Zootaxa 1844: 47-54 (6 Aug. 2008) (Crusta10.de)

Tipic, pour Crusta-Fauna : Vous êtes devenu une référence dans le domaine des crustacés, quelle était votre démarche pour apprendre autant de choses, en l’occurrence l’étude morphologique par microscope ? Aviez vous déjà des notions ?

Werner Klotz :

Avant de commencer avec la taxinomie des crevettes d’eau douce, j’étudiais sur les insectes aquatiques. Grâce à cela, les examens au microscope n’avaient rien de nouveau pour moi mais il a été nécessaire de lire énormément de littérature taxinomique pour se familiariser avec les différent groupes de crevettes.

Tipic, pour Crusta-Fauna : La complexité de la systématique chez les crustacés est-elle propre à ce domaine, ou se rencontre-t-elle aussi chez d’autres grandes familles ? Avez vous une explication éventuelle ?

Werner Klotz :

(cette complexité étant) Aussi observable  chez d’autres invertébrées comme les mollusques ou les insectes, leurs systématiques sont sujettes aux changements. De nouvelles méthodes comme les analyses phylogéniques ont révélé des failles ou des imprécisions dans les descriptions anatomiques traditionnelles. Mon avis est que nous devons combiner ces deux méthodes pour comprendre les véritables relations et évolutions dans la nature.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Vous qui avez un regard à la fois scientifique et aquariophile, pensez vous que notre passion est incompatible avec le respect de l’environnement et la protection des milieux naturels ?

Werner Klotz :

Ce point de vue a été discuté de nombreuse fois. Le prélèvement excessif en milieu naturel d’espèces endémiques à de petits habitats pourrait probablement mener à faire décroître la population. Nous devons nous concentrer sur la reproduction en captivité des espèces utilisées pour l’aquariophilie pour contribuer à la protection des populations naturelles. D’un autre coté, les animaux aquatiques comme les crevettes d’eau douce ont beaucoup plus à craindre des autres activités économiques telles que les mines de métaux lourds, comme le nickel ou le cuivre, ou des décharges situées prés de rivières ou de lacs. Les lacs centraux de Sulawesi étaient presque inconnus des européens jusqu’à la découverte des crevettes colorées y habitant. Mais il y a de large mines de nickel prés du Lac Poso. Peut être que la popularité de ses crevettes peut aider à attirer l’attention de quelqu’un sur ce problème.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Existe t-il des moyens d’actions à l’heure actuelle pour protéger et responsabiliser les collectes à Sulawesi par exemple ?

Werner Klotz :

Voir ci-dessus.

Tipic, pour Crusta-Fauna : En France, nous avons pu vivre le fort engouement généré par les nouvelles crevettes de Sulawesi, pensez vous que cette région ou d’autres peuvent nous révéler de nouvelles découvertes aussi sensationnelles que celle ci ?

Werner Klotz :

Oui bien sur. Dans les collections scientifiques, nous avons déjà quelques espèces de cette région qui ne sont pas encore importées pour l’aquariophilie. Une espèce non décrite qui a une coloration proche de la Bumble bee venant de Chine ,a été importée de Sulawesi  récemment pour l’aquariophilie.

Très peu de choses sont connues sur la coloration des crevettes d’eau douce de certains grands lac d’Afrique centrale qui sont comparables avec les lacs de Sulawesi.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Nous avons suivi, via le site Crusta10, votre voyage à Hong-Kong et dans le sud de la Chine, voyage que vous mentionnez dans l’interview. Votre périple s’est bien déroulé ?

Bien sûr, même si nous n’avons pas pu visiter tous les endroits où nous souhaitions nous rendre, nous avons collecté énormément d’information sur les habitats naturels des crevettes d’eau douce. (NDLR : quelques photos de leur voyage à Hong Kong et en Chine)

Tipic, pour Crusta-Fauna : Avez vous observé des choses intéressantes ? Peut-être de nouvelles espèces ?

Nous avons maintenant un énorme travail scientifique (études microscopiques et analyses génétiques) avant que nous ne soyons capable de dire si les crevettes que nous avons collecté appartiennent à une espèce non décrite. Ca devrait pendre quelques mois au minimum. Mais nous avons pu photographier les Bee et Bumble Bee collectées dans leur habitat naturel. Cela n’avait jamais été fait auparavant.
Peut-être que certaines de ces informations nous permettra de distinguer les “black-and-white bees” d’autres membres de ce groupe d’espèce que sont Caridina serrata, C. cantonensis ou C. trifasciata. Il sera alors peut-être possible de mettre un nouveau nom sur cette crevette populaire qu’on appelle “Bee”.

Tipic, pour Crusta-Fauna : Werner, l’équipe du site Crusta Fauna vous remercie chaleureusement d’avoir pris du temps pour répondre à nos questions et permettre ainsi aux membres de notre site de mieux vous connaître.

Werner Klotz :

Tout le plaisir était pour moi.


Références :

Poster un commentaire